Paris Games Week

Le salon français du JV

12h52 | 03/04/2012
par Olivier Chretien

Hier, Mardi 25 Octobre, le Paris Games Week, après 5 jours d'ouverture, a définitivement fermé ses portes pour cette année. 5 jours pendant lesquels le public aura pu découvrir, manette en main, les nouveautés vidéo-ludiques prévues pour cette fin d'année et le début de l'année prochaine. Et parce que rien n'échappe à Popol, ton poulet préféré s'est rendu à la porte de Versailles pour toi et revient désormais sur ce qui l'a le plus enthousiasmé lors cette édition 2011 du salon parisien dédié au Jeu Vidéo.

La guerre des blockbusters

Cette fin d'année est riche en gros titres et chacun des éditeurs se devait d'être présent pour assurer la promotion de sa (voire ses) licence(s), chacun cherchant à créer l'évènement. D'ailleurs un des gros évènements de ce Paris Games Week était de pouvoir tester le nouveau Call of Duty, dont la sortie est prévue pour le début du mois prochain. Pour ce test, réalisé en « behind closed door » (c'est-à-dire dans une pièce close et non sur une estrade), Activision nous proposait de nous essayer au mode « survie » en coopération pendant une dizaine de minutes. Ce mode de jeu s’apparente au mode « Horde » d’un Gears of War : il faut résister à des vagues ng>successives, et de plus en plus difficiles, d’ennemis. Nous débutions donc avec un pistolet assez basique et avions la possibilité d’acheter de nouvelles munitions, armes et grenades avec de l’argent gagné en tuant des ennemis ou en terminant des vagues. Plutôt classique en somme mais très efficace. Le gameplay est toujours aussi nerveux et la maniabilité au poil. Graphiquement, le moteur commence à accuser le poids des âges et la réalisation a peu évolué depuis Modern Warfare 2. Il faut cependant préciser que la démo était effectuée sur Xbox 360 mais il ne faudra pas non plus s’attendre à un miracle graphique sur PC.

Son principal rival, Battlefield 3 (dont la sortie est prévue ce jeudi), avait choisi quant à lui de jouer la carte de la transparence puisque le test se faisait sur une estrade où les écrans étaient visibles de tous. Cependant aucune nouveauté n'était proposée car il s'agissait de tester, sur PC et PS3, la version multijoueur, disponible en beta depuis quelques mois déjà, dans un très classique mode "match à mort par équipe". On notera cependant chez Battlefield une qualité graphique nettement supérieure à celle de Call of Duty, ainsi qu'une volonté d'Electronic Arts de donner à son titre un réalisme en complète opposition avec la surenchère assumée de la licence d'Activision.

Mais parce qu'Electronic Arts ce n'est pas que Battlefield (loin s'en faut), il était également possible de se faire un premier aperçu, manette en main, sur le très attendu Mass Effect 3, prévu pour mars 2012, qui doit venir clôturer les aventures du commandant Shepard. La démo présentée permettait difficilement de se faire un avis global sur le jeu puisqu’on n’avait le droit qu’a une démo de 5 minutes d’une phase d’action le tout sans son. Il fallait suivre des environnements « couloirs » en détruisant les ennemis sur notre passage jusqu'à affronter une sorte de mécha plutôt robuste. Nous avons pu noter que le gameplay fait encore un pas en avant depuis le second volet puisque celui-ci est encore plus nerveux et se rapproche une fois de plus des références du genre niveau Third Person Shooter. On est donc encore une fois très loin de ce qui nous était présenté dans le premier Mass Effect et on espère que la partie jeu de rôle ne va pas trop passer à la trappe cette fois ci. La différence avec le précédent épisode n’était par contre pas très flagrante au niveau de la réalisation mais cela restait assez agréable à l’œil.

Après ce bref voyage dans le futur, retour dans le présent avec un héros des temps modernes : Nathan Drake à l'affiche d'Uncharted 3 dont la visite du stand nous a permis de tester, manette en main, une démo solo du jeu. Celle-ci nous proposait de jouer les fameux niveaux du château français et de l’avion-cargo, respectivement présentés fin 2010 et au dernier E3. Ce qui saute aux yeux dès les premiers instants de jeu c’est la qualité graphique toujours aussi extraordinaire avec un jeu de lumières très impressionnant. Les animations ont également été retravaillées dans ce nouvel opus et le rendu est encore une fois très convaincant. Ce qu’il faut retenir de ces deux démos c’est la capacité de Naughty Dog à complètement transformer l’environnement de jeu au fur et à mesure de la progression. Tout ceci n’est bien sur qu’un enchaînement de scripts mais cela rend l’expérience beaucoup plus dynamique et impressionnante. De cette manière le jeu pourrait presque s’apparenter à un film interactif puisque les séquences de QTE sont très présentes. Uncharted 3 risque donc de frapper encore plus fort que le précédent volet et s’annonce comme le blockbuster PS3 de cette fin d’année !

Les jeux de guerres c'est bien mais il faut aussi savoir déposer les armes parfois, ce que Popol à fait le temps non pas d'une mais de deux courses sur le stand de Need for Speed. Pour ce nouvel opus, intitulé "The Run", Electronic Arts a voulu redonner un coup de jeune à sa célèbre série motorisée. Fini donc les caïds du bitume qu'il fallait affronter pour "conquérir des territoires" et gagner en notoriété dans le monde du rodéo automobile, de même que les allées et venues pour se rendre aux départs de courses. Il n'y a plus désormais qu'une course : un "run" couru par plus de 200 concurrents entre San Francisco et New-York que Jack, le héros, doit remporter s'il ne veut pas y laisser la vie. Du côté du test en lui-même pas de nouveauté, puisqu'il s'agissait des deux mêmes niveaux que ceux présentés à l'E3 et à la gamescom de cette année à savoir : le niveau dans la Vallée de la Mort, où il faut doubler une dizaine de concurrents, et  celui dans les montagnes du Colorado où là il n'y a qu'un seul concurrent à doubler. D'un point de vue graphique le moteur utilisé est le même que pour l'opus précédent, offrant ainsi une image HD de très bonne facture.

Un retour aux sources

C'est certainement l'expression qui caractériserait le mieux la ligne directrice d'Ubisoft en cette fin d'année 2011. Tout d'abord avec Rayman Origins qu'il était possible d'essayer en solo et en coopération.  Cet épisode marque la volonté de Michel Ancel (créateur de Rayman) de revenir à ce qui à fait le succès de son héros à savoir : un line-up en 2D, un univers fantaisiste aux couleurs chaudes et pastelles très loin de l'univers déjanté des lapins crétins dans lequel Rayman c'était retrouvé embarqué bien malgré lui. Rayman Origins propose également un gameplay efficace (rappelant celui d'un Little Big Planet) grâce à une maniabilité au poil, des graphismes stylisés à la main dans la pur tradition des dessins animés de notre enfance. En bref Rayman Origins promet de faire passer de belle soirée entre amis.

Un retour aux sources également avec Assassin's Creed Revelations, dernier volet de la trilogie dédiée à Ezio Auditore da Firenze, qui verra son héros partir sur les traces d'Altaïr (son ancêtre et héros d'Assassin's Creed premier du nom) et des origines de la confrérie des assassins. Dans ce nouvel opus Ezio, désormais âgé de 50 ans, dispose de nouvelles armes notamment la lame-crochet qui nous était présentée pour une énième fois lors d'une démo en 3D. La véritable découverte de cette démo était plutôt de constater que le moteur graphique supportait très bien la 3D stéréoscopique et offrait un rendu magnifique.  Autre "nouveauté" abordée lors de cette démo était le fonctionnement du système de crafting permettant à Ezio de créer ses propres grandes (en effet si l'on savait déjà de longue date que ce système existerait, Ubisoft était restait flou sur son fonctionnement). Ce système de crafting sera accessible par l'intermédiaire de coffre dispersés dans les cités qu'Ezio sera amené à visiter et dans lesquels il pourra associer les différents éléments récoltés lui permettant de construire des grandes parmi un large choix allant des grenades explosant à l'impact aux grenades incendiaires en passant par les grenades à phosphore permettant d'éblouir les ennemis. Mais à moins d'un mois de la sortie de la suite des aventures d'Ezio, Ubisoft ne pouvait se contenter d'une démo même en 3D, et proposait donc de découvrir le mode multijoueur de cet Assassin's Creed Revelations à travers le mode "traque" (qui était déjà disponible dans Assassin's Creed Brotherhood) dans lequel chaque joueur se voit attribué un autre joueur comme cible (ce qui est implique que chaque joueur est la cible de quelqu'un d'autre). Rien de nouveau donc pour le moment.

Du côté des consoles portables

Sur le grand stand Nintendo, beaucoup de jeu étaient disponibles et pouvaient être essayés sur des bornes. Nous avons donc pu découvrir l’un des titres majeurs de cette fin d’année pour la 3DS, nouvelle console portable de Nintendo : Kid Icarus. La démo présentée commençait comme un rail shooter aérien puis se terminait avec des phases de combat au sol. Graphiquement, si on est loin de ce que pourrait proposer la Vita, le jeu est très soigné et propose des environnements plutôt travaillés. Niveau jouabilité, on se dirige avec le stick, dirige la vue au stylet et tir avec la gâchette gauche. Si cette combinaison fonctionne bien lors des phases aériennes, elle n’est pas aussi adaptée aux phases au sol. Espérons qu’il ne suffira que d’un petit temps d’adaptation pour s’y habituer. Hormis cette petite réserve, le jeu s’annonce très prometteur.

Un autre jeu très attendu par tous les possesseurs de Nintendo 3DS est le nouveau Mario Kart, sobrement intitulé Mario Kart 7. Nous avons donc pu poser nos mains pendant quelques minutes sur le titre et tester 3 circuits. Cette courte démo nous a permis de nous rendre compte que la maniabilité est toujours parfaitement calibrée et que les ajouts du Delta-plane et de l’hélice sous marine sont les bienvenues dans une série qui pêne à se renouveler. Cependant, c’est loin d’être une révolution puisqu’on reste dans du très classique mais le delta-plane notamment permet de rajouter une dimension aérienne sympathique puisqu’on pourra diriger son appareil en vol. L’hélice quand à elle nous a semblé un peu plus anecdotique même si elle contribue à rajouter un peu de variété. Graphiquement, on sent que Nintendo connaît sa console puisque le jeu est très agréable visuellement et toujours très coloré dans la pure tradition des jeux Mario. Les circuits quand à eux nous ont semblés bien dessinés et proposaient parfois quelques embranchements.

Mais l'évènement de ce Paris Games Week en matière de portable, c'était la possibilité de tester en exclusivité et en "behind closed door" (bien évidemment) la nouvelle PS Vita. Et qui dit exclusivité dit longue file d'attente. En effet il nous aura fallu attendre 2 heures avant de pouvoir franchir la porte du stand et de prendre place dans une salle où nous attend un speaker. Petite frayeur, est-ce qu'on a attendu 2 heures pour une simple démo vidéo comme le laisse entendre l'écran au mur et le speaker ? Fort heureusement non, après un petit speech de présentation, le speaker nous invite à tirer au sort un à un le jeu que l'on pourra tester pendant une dizaine de minutes sur la nouvelle portable de Sony. C'est ainsi que nous avons pu tester Uncharted: Golden Abyss. Ce test a permis de nous confirmer les capacités techniques de la bête : c’est tout simplement incroyable pour un jeu sur console portable ! Le rendu est très proche d’une Xbox 360 ou d’une PS3. Il était par contre difficile de se faire un avis pertinent sur le jeu tant la session était courte (une petite dizaine de minutes), et ensuite parce qu’il fallait d’abord se familiariser avec la console pour pouvoir vraiment entrer dans le jeu. Cependant, on était en terrain connu puisque c’était du Uncharted pur et dur et cela fonctionnait bien. Le jeu utilisait bien toutes les possibilités offertes par la Vita puisqu’il était possible de diriger la caméra en bougeant la console ou encore donner des coups au corps à corps et tracer notre chemin d’escalade grâce à l’écran tactile. Cela fonctionnait encore une fois parfaitement. Le seul reproche que l’on pourrait faire au jeu serait au niveau de sa maniabilité puisque le second joystick (servant à diriger la caméra) manquait de précision et de sensibilité. Il était par contre possible de compenser ce défaut en changeant l’orientation de la console dans l’espace tout en dirigeant le stick pour gagner en précision.
Toutefois ce test était trop court pour bien se rendre compte de toutes les capacités qu'offre la PS Vita et celle-ci fera l'objet d'une release plus poussée de notre part dès sa sortie prévue en France pour Février 2012.

Joyeux anniversary

Le mois de Novembre prochain verra la célébration des 10 ans d'Halo Combat Evolved, premier épisode d'Halo. A cette occasion Microsoft propose une version remasterisée du titre sobrement intitulée Halo Combat Evolved Anniversary pour laquelle il nous a été possible d'assister à une courte présentation du mode solo. Nous avons donc pu découvrir la version remasterisée du célèbre niveau « 343 Guilty Spark ». La présentation insistait sur les différences entre la version originale de 2001 et celle qui sortira mi-novembre prochain. Il faut avouer que le rendu était tout simplement bluffant. Les décors regorgent de détails et le champ de vision est beaucoup plus étendu que dans le jeu d’origine. On atteint, pour un jeu sorti il y a 10 ans, un rendu graphique supérieur à celui  d’Halo Reach ! Les bruitages ont également eu droit à une remasterisation afin d’obtenir  un résultat beaucoup plus percutant et réaliste qu’à l’origine. Cette présentation nous a donc fortement emballés et nous avons hâte de découvrir la version complète du titre.

RADIO

Aucun contenu n'est disponible pour le moment